A propos de l'auteur

Accueil du site || Boite à outils || Les organisations syndicales et professionnelles || CFDT || REUNION DU COMITE D’ETABLISSEMENT DU 25 avril 2006
La CFDT sort renforcée par une progression nationale de 2,58% en CE et 2,54% en DP, et enregistre donc la plus forte des progressions par rapport aux autres organisations syndicales.

Monsieur le Président, mesdames, messieurs,

Cette réunion de CE exceptionnel est tout d’abord l’occasion de revenir sur le résultat des élections professionnelles du 23 mars 2006.

- La CFDT sort renforcée par une progression nationale de 2,58% en CE et 2,54% en DP, et enregistre donc la plus forte des progressions par rapport aux autres organisations syndicales.

- Sur la Région de Tours, la progression de la CFDT de près de 4% tant en CE quand DP confirme sa place de 2ème organisation syndicale. Ce résultat fait qu’aujourd’hui la légitimité renforcée de la CFDT se traduit par une augmentation de 14 sièges en DP et du nombre de membre dans les CHSCT.

Cette évolution est à mettre au profit de nouvelles équipes CFDT dans des secteurs où la représentativité de notre organisation n’existait plus.

C’est également le choix des cheminots de leur confiance pour la CFDT qui a su démontrer pendant les deux années précédentes qu’elle était capable de privilégier le débat d’idée, faire des propositions constructives. Mais lorsque la défense des cheminots dans leur quotidien l’exige la CFDT n’hésite pas à s’engager y compris par l’action notamment lorsque la Direction refuse le dialogue social, refuse de répondre positivement aux revendications légitimes des cheminots.

La CFDT progresse dans les 3 collèges, sur ses valeurs, sa conception du syndicalisme. Les cheminots ont validé l’approche réaliste et pertinente sur des dossiers qui impactent la vie sociale de notre entreprise. Cela a été le cas pour les négociations salariales 2004 et 2005, l’accord sur le dialogue social, la formation, l’égalité professionnelle, l’intéressement.

Nous remercions donc particulièrement les électeurs et les électrices qui ont fait confiance aux équipes CFDT sur la région de Tours et nous poursuivront notre approche d’un syndicalisme différent et constructif dans l’intérêt de tous les cheminots.

C’est ainsi que la CFDT a su faire la différence entre des conflits où elle s’engage, où les enjeux sont partagés non seulement par ses adhérents, mais aussi par les cheminots et des actions dont les motifs affichés ne correspondent pas aux objectifs réels.

Oui la CFDT est pour l’unité syndicale, comme elle l’a démontré lors de la mobilisation contre le CPE. L’unité syndicale ce n’est cependant pas le syndicat unique. Les décisions de la CFDT sont élaborées et validées par ses adhérents, dans le cadre d’un fonctionnement démocratique.

Ce nouveau mandat commence dans un contexte de restructurations, de réorganisations menées à un rythme effréné, et sans précédent. C’est aussi dans les prochaines semaines l’arrivée d’opérateurs privés pour le FRET, dans notre région, sans même que les cheminots en soient informés. Pourtant les conséquences humaines et sociales qui vont en découlées sont importantes.

Dernièrement la CFDT a également été l’un des principaux acteurs du conflit au service logistique de l’EMT, obtenant des résultats significatifs sur les revendications visant là encore une réorganisation.

La CFDT aura l’occasion, notamment lors de la prochaine réunion du CER, de revenir sur des questions impactant l’avenir des structures, des cheminots dans la région.

La période de ces élections a coincidé avec la forte mobilisation contre le projet de mise en œuvre du CPE. La CFDT dans l’unité avec les autres organisations, syndicales, étudiantes et lycéennes a pleinement contribué à ce qu’aujourd’hui ce contrat pour la précarité soit retiré.

Le gouvernement a donc du céder devant une mobilisation qui n’a jamais faiblit et qui n’a jamais dévié sur d’autres revendications que le retrait du CPE. Il était de sortir enfin de cette situation, l’objectif est donc atteint, il faut maintenant répondre efficacement à l’intégration des jeunes dans l’emploi et la CFDT sera particulièrement vigilante sur le contenu des dispositifs de loi qui favoriseront l’accès à l’emploi des jeunes en difficultés et participera activement aux discutions qui doivent maintenant s’engager rapidement en y associant également les organisations syndicales d’étudiants.

La fin du contrat première embauche leur évite une précarisation supplémentaire mais ne résout pas leurs difficultés actuelles pour trouver un emploi stable. Les organisations qui se sont fortement mobilisées ces derniers mois devront donc présenter leurs propositions pour ouvrir de nouvelles perspectives aux jeunes, quel que soit leur niveau de diplôme. Mais la CFDT n’oublie pas le CNE, et demande de revenir sur ce contrat.

Nous terminons cette déclaration, aujourd’hui, en voulant consacrer cette réunion à la mise en place du CER et de ses commissions

Répondre à cet article

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)