Recherche

Autres articles dans cette rubrique

A propos de l'auteur

Accueil du site || Formation || Les formations de membres du CHSCT. || Les dernières astuces du formateur || Votre entreprise est-elle un terrain fertile pour les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) ?
Avec plusieurs dizaines de milliers de cas reconnus, les TMS constituent la première cause de maladies professionnelles en France comme dans la plupart des pays européens et progressent dans beaucoup d’entreprises (+ 20% par an). Comment les membres du CHSCT peuvent-ils repérer les contextes favorisant l’apparition des TMS ?

Syndromes du canal carpien ou encore tendinites, les TMS affectent principalement les muscles, les tendons, et les nerfs des membres supérieurs et inférieurs au niveau du poignet, des épaules, du coude ou des genoux. Ces affections se manifestent par des douleurs et une gêne dans les mouvements pouvant entraîner un handicap sérieux dans la vie professionnelle et dans la vie privée. Les TMS résultent d’un déséquilibre entre les capacités fonctionnelles des personnes et les sollicitations qui apparaissent dans un contexte de travail notamment, sans possibilité de récupération suffisante. Et il apparaît que les travaux exigeant des gestes répétés sous forte contrainte de temps restent très répandus, voire se développent dans de nouveaux secteurs d’activité. Si le coût humain est important (souffrance, risques d’inaptitude professionnelle, atteinte à l’image de soi, dégradation de la vie privée), le coût économique est aussi élevé pour l’entreprise. Les connaissances scientifiques sur les facteurs de risque et sur le rôle déterminant du travail dans le développement des pathologies sont aujourd’hui bien établies et partagées par tous les préventeurs.

Le réseau ANACT a mené à travers des interventions en entreprises pendant trois ans, une recherche-action pour éclairer le sujet. Le résultat fait ainsi apparaître les contextes favorisant l’apparition des TMS et les freins à une prévention durable dans l’entreprise, mais aussi les leviers d’action.

Parmi les freins, on relève
- le manque de temps pour la prévention,
- la non intégration de l’évaluation des risques TMS dans le document unique,
- la non prise en compte des connaissances existantes sur le travail,
- la faible considération de la santé par la hiérarchie,
- l’hétérogénéité de la participation des salariés dans les projets d’amélioration des conditions de travail,
- les types d’actions réalisées par les entreprises avec des démarches davantage portées sur l’individu que sur une approche collective,
- les changements permanents dans les modes de gestion.

Au contraire, les leviers d’action positifs se situent au niveau de la :
- stabilité de la direction,
- dynamique collective avec des références communes, un problème considéré comme stratégique, la mise en place d’un pilotage,
- lien fait par la DRH entre TMS et gestion des âges,
- attention portée aux plaintes et pas seulement aux pathologies,
- mise en place d’indicateurs, suivis par l’infirmière par exemple,
- ouverture sur l’extérieur (clubs TMS par exemple),
- actions de prévention fondées sur une approche de l’organisation du travail et de l’efficacité.

Pour plus de détails, voir le rapport de l’ANACT à propos de la recherche sur la prévention durable des TMS (téléchargeable 180 pages) :

Télécharger ici

et ici

Par ailleurs, de très nombreux élément existent aujourd’hui pour attaquer le problème des TMS. Des méthodes de travail et des outils sont accessibles sur les sites du réseau ANACT/ARACT, notamment.

Répondre à cet article

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)